HAROPA

Newsletter #6 - Juin 2020 - Votre question

- Ports de Haropa

Publié le

« Quelles ont été les conséquences de la crise pour les ports africains ? »

afriqueDes ports perturbés mais fonctionnels

L’Afrique, dernier continent touché par le Covid-19, a pu réagir très rapidement avec la mise en place des mesures barrières. Les trafics maritimes sont globalement restés stables durant la crise, avec même une hausse pour les flux de produits alimentaires. Les ports, dont l’objectif a été d’assurer la continuité opérationnelle des services, sont restés fonctionnels.
Dans ce contexte, les ports africains ont toutefois souffert de perturbations. Les mesures sanitaires, telles que le contrôle des équipages, le temps limité pour effectuer les formalités douanières, le couvre-feu dans certains pays et les mesures de distanciation sociale sur les terminaux, n’ont pas aidé à la fluidité des marchandises dans les ports. 
Ces difficultés opérationnelles ont cependant été différentes d’un pays à l’autre et ne sont pas toutes imputables à la crise sanitaire. Celle-ci a parfois mis en exergue des perturbations chroniques déjà existantes dans certains ports africains, à l’instar des terminaux du port d’Abidjan qui souffrent régulièrement de congestion durant la campagne annuelle d’exportation de cacao. 

Une note positive inattendue : le développement de la digitalisation

La mise en application des mesures barrières cumulée à un trafic qui est resté stable ont entrainé des retards importants dans la mise à disposition des conteneurs. 
Une des solutions apportées a été la digitalisation. Les acteurs portuaires, contraints de changer leurs habitudes pour accélérer les procédures, se sont tournés vers la digitalisation notamment pour le dédouanement des marchandises.

Il est à espérer que cet engagement vers une digitalisation aujourd’hui très demandée par les opérateurs, soit amené à perdurer post-Covid. Cela permettrait de stimuler la logistique portuaire par une meilleure fluidité des marchandises, réduisant de fait les délais de post-acheminement dans les ports africains. 

Retour sommaire